L’associazione svizzera degli inquilini festeggia 100 anni

100 années d’engagement pour les locataires

L’Association suisse des locataires (ASLOCA) s’engage depuis cent ans déjà au plan suisse. Le premier congrès national des locataires s’est en effet tenu à Bienne le dimanche 31 janvier 1915. Auteur et historien, Ralph Hug expliquera tout à l’heure des pages d’’histoire des associations de locataires. Vous aurez aujourd’hui aussi la faculté d’entendre des actions vécues avec leurs échecs et leurs succès grâce à Sophie Marty, première accompagnatrice de l’ASLOCA lors de constats des lieux à Lucerne, et Adrien Bavaud, fondateur de la section veveysanne. Ces deux pionniers montrent en exemples tant les services aux membres que les actions de l’ASLOCA à l’attention des collectivités publiques.

L’ASLOCA n’est pas seulement une fédération suisse fêtant ses cent ans, c’est aussi un mouvement qui compte plus de 215’000 membres, organisés en 21 sections. Elle est présente dans tout le pays. Les plus grandes sections comme Genève, Vaud ou Zurich sont des PME avec de nombreux employés, qui délivrent une large palette de services. Ce n’est pas un hasard de voir collaborer des personnes issues de Suisse romande, italienne et alémanique dans l’organisation au plan national. Il y a quatre ans, nous avons adapté notre structure et constitué une organisation suisse unique, à partir des trois faîtières en coordination dans chacune des régions linguistiques. Tandis que les prestations aux locataires restent fournies par les sections, le travail et l’action sur les sujets fédéraux est entreprise par l’ASLOCA Suisse, pour assurer la meilleure considération des droits des locataires, qui forment la grande majorité de notre pays.

Permettez-moi encore quelques mots sur la situation actuelle du logement, avant que nous parlions de notre histoire :

  • Le Conseil fédéral a achevé en septembre 2014 la consultation sur la formule officielle et annoncé un message en avril prochain. Cette formule officielle rendra transparent le loyer précédent lors des changements de locataires.
  • Le 17 décembre dernier, le gouvernement a discuté d’un rapport comportant des recommandations. Ce rapport résultait du dialogue que les villes, les cantons ont entamé avec la Confédération autour du logement. Les recommandations demeurent malheureusement beaucoup trop modestes dans leur ensemble. Il est singulièrement dérangeant que la Confédération n’assure pas une responsabilité plus forte en politique du logement et qu’elle laisse aux cantons et aux villes la mise en œuvre de mesures efficaces.
  • Le Conseil fédéral n’introduira pas davantage un droit de préemption des communes. Il n’a rien dit des terrains appartenant aux Chemins de fer fédéraux. Ces aires se trouvent souvent près des gares et proches des centres villes. Elles se situent dans des régions souffrant de la pénurie de logements. Il s’agit de biens-fonds acquis pour un objectif d’utilité publique. S’ils ne sont plus nécessaires au rail, ils doivent être mis à disposition pour y construire des logements à loyer modéré aussi. Le gouvernement se prononcera tout prochainement sur les buts stratégiques des CFF 2015-2018. Il doit renoncer à contraindre le secteur immobilier des CFF aux rendements usuels de cette branche économique. Nous avons écrit cet automne à Madame Doris Leuthard, conseillère fédérale, et avons souligné à nouveau notre demande par le dépôt d’une pétition il y a huit jours.

C’est démontré : notre organisation centenaire a encore beaucoup à faire. Nous continuerons donc de nous engager pour les droits des locataires. Mais nous fêterons aussi ce beau siècle d’actions. Nous vous invitons donc cordialement à notre soirée jubilaire, qui aura lieu vendredi 30 janvier à Bienne en présence du conseiller fédéral Alain Berset.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *