«Quelle expression radicale du mal-être tessinois suscité par le trafic poids lourds!»

« La signification du trafic des poids lourds tient au fait que celui-ci est responsable de 33 % des émissions d’oxydes d’azote sur les axes de transit alpins. » C’est ce qui est inscrit dans le rapport de l’Office fédéral de l’environnement OFEV sur la situation du trafic de marchandises routier à travers les Alpes. Il est prouvé que les oxydes d’azote portent atteinte à la santé humaine. Les enfants qui habitent à proximité de l’autoroute du Gothard dans le canton d’Uri, vivent dans des conditions similaires que celles d’un foyer de fumeurs. C’est ainsi que l’OFEV décrit la situation.

Notre objectif n’est pas de compter les camions tel qu’on nous le reproche de temps à autre, mais bien plus de protéger la santé des habitants celle des enfants et des personnes âgées en particulier qui souffrent des conséquences de l’air vicié. Il s’agit également de préserver l’espace vital déjà réduit dans les Alpes, il en va aussi de l’avenir de cette région unique en Europe et écologiquement sensible.

Le sondage ne s’est pas porté sur une simple analyse à l’échelle suisse mais s’est penché également sur ce que pensaient les habitants des cantons les plus concernés par le trafic des poids lourds, les cantons d’Uri et du Tessin. Les habitants du Tessin méridional respirent l’air le plus vicié de Suisse. Les valeurs limites d’ozone sont dépassées régulièrement, les poussières fines se déposent de manière impitoyable dans les poumons de la population. En janvier, les valeurs limites maximales de particules fines ont été dépassées de plus du double dans le sud du Tessin. Je ne m’étonne donc pas vraiment que les Tessinoises et Tessinois se soient prononcés plus que distinctement, en mettant l’accent sur distinctement, et revendiquent le transfert du trafic marchandises lourd de la route au rail.

Examinons les chiffres. Dans les cantons d’Uri et du Tessin, ils sont près de 90 % a avoir déclaré qu’il fallait respecter l’objectif de transfert de maximum 650 000 camions en transit par les Alpes voir même le réduire! Près du quart des Tessinoises et Tessinois revendiquent la baisse à un nombre inférieur à 650 000 ! C’est l’expression très radicale du mal-être tessinois suscité par le trafic des poids lourds sur l’A2.

Le Tessin a attendu longtemps et impatiemment l’ouverture du tunnel de base du Gothard. Il est grand temps d’introduire des mesures supplémentaires et de transférer les marchandises au rail. Attendre que le transfert se fasse automatiquement n’est pas seulement naïf, mais frise la grève administrative. Elle a pour conséquence que les riveraines et riverains des axes de transit continuent de subir outre mesure les impacts des gaz d’échappement. Une baisse du nombre de camions signifierait cependant que les habitants pourraient enfin respirer.

Refuser ouvertement la politique ou être très réticent lorsqu’il s’agit d’accepter de nouvelles mesures visant à atteindre l’objectif de transfert ? Le dernier rapport sur le transfert de la Confédération l’a montré très nettement. La population a cependant déjà fait un pas de plus, en particulier celle des cantons gothardiens. D’après le sondage, 68 % de la population est favorable à l’introduction de mesures plus poussées pour aboutir au transfert des marchandises de la route au rail. Ils étaient même 71 % à Uri et 82 % au Tessin. De même que 80 % se prononcent en faveur de valeurs limites pour les rejets de CO2 des camions, il est aussi question d’objectif en matière de flottes. Au Tessin, ce sont même 90 % des personnes sondées qui exigent que les camions réduisent leurs émissions de CO2 nuisibles au climat.

J’en appelle au Conseil fédéral et au Parlement à adopter de nouvelles mesures dans le but d’atteindre l’objectif de transfert. Vouloir, c’est pouvoir ! Chaque camion de moins en transit à travers nos Alpes contribue à rendre l’air plus respirable. Cela doit devenir l’objectif poursuivi de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *