OUI à la Stratégie énergétique

La Stratégie énergétique repose sur deux piliers :

Efficacité énergétique et approvisionnement avec de l’énergie plus fiable, plus renouvelable et plus abordable.

1. OUI à l’efficacité énergétique

L’efficacité est dans l’intérêt de l’économie et de notre pays, pauvre en matières premières. La Stratégie énergétique fixe des objectifs d’efficacité et crée des incitations. La réalisation est laissée à l’économie. Efficacité et responsabilité individuelle : typiquement suisse.

Assainir énergétiquement les bâtiments

Les investissements dans les bâtiments servant à faire des économies d’énergie ainsi que les coûts de remise en état des bâtiments de remplacement seront à l’avenir déductibles fiscalement. Les déductions fiscales pourront désormais être réparties sur trois périodes fiscales. Les propriétaires immobiliers, l’environnement et les entreprises locales en profiteront.

Des voitures plus efficaces

Les importateurs d’automobiles doivent réduire les émissions de CO2 des nouvelles voitures de tourisme à 95 g CO2/km en moyenne d’ici 5 ans. Une nouvelle valeur moyenne devra aussi être définie pour les voitures de livraison et les tracteurs à sellette légers. Les importateurs choisissent librement le moyen d’atteindre cette valeur moyenne.

2. Renforcer l’approvisionnement énergétique durable

Les investissements dans les sources d’énergie renouvelables sont des investissements dans l’avenir. La Stratégie énergétique assume cette responsabilité.

Des encouragements proches du marché

La Stratégie énergétique soutient les installations énergétiques renouvelables avec un encouragement limité dans le temps et proche du marché. Les producteurs de courant doivent commercialiser eux-mêmes leur électricité et obtiennent une prime correspondant aux coûts de production moins le prix du marché.

Un supplément réseau supportable

La prime pour les installations énergétiques renouvelables et indigènes est alimentée par le supplément réseau qui peut dorénavant être augmenté à maximum 0.8 ct./kWh. Une partie des quelque 40’000 projets (avec une production attendue de 6 TWh de courant par an !) qui figurent sur la liste d’attente de la rétribution du courant injecté à prix coûtant (RPC) pourra enfin être réalisée. Cela dépasse la production annuelle totale des deux centrales nucléaires de Beznau I et de Beznau II.